• Retrouvez la fédération de la chasse de Gironde sur Facebook
  • Suivez la fédération de la chasse de Gironde sur Twitter

Fédération départementale des chasseurs de la Gironde

Web TV de la Fédération départementale de chasse de la gironde

Lettre ouverte du président de la FNC

Chers amis chasseurs de France,

Il y a maintenant quelques jours que la fièvre porcine africaine a fait son apparition en Belgique, à quelques kilomètres de la frontière française. L'arrivée possible, sur le sol français, d'une telle maladie est une épée de Damoclès pour la filière porcine et le monde agricole en général, mais aussi pour toute la chasse française !

Nous avions déjà un problème important à gérer avec une population de sangliers en constante augmentation au niveau national, mais aujourd'hui l'heure est bien plus grave !

Avec cette population de plus d'un million d'animaux, et une enveloppe de dégâts de plus de 60 millions d'euros, nous sommes dans une situation des plus délicates. Ne pas le reconnaître nous attribuerait une part de responsabilité importante vis à vis des éleveurs de porcs, mais aussi vis-à-vis de l'avenir de la chasse du grand gibier en France.

Je sais, comme je le dis régulièrement, que les reproches que nous essuyons à ce sujet ne sont pas à mettre entièrement à notre actif ! La complexité de chasser sur certains territoires, comme l'augmentation constante des zones non chassées, posent un certain nombre de problèmes récurrents pour de nombreux chasseurs français. Les reproches faciles de certains, sur notre soi-disant inefficacité dans la gestion de cette espèce, me laissent de marbre, tout comme vous ! Le temps n'est plus aujourd'hui au débat d'idées avec qui que ce soit, mais il est par contre urgent d'assumer pleinement notre rôle de sentinelle de la nature, comme celui d'acteur majeur des équilibres de la grande faune.

Si la majorité des chasseurs de sanglier ne se sentiront pas concernés, à juste titre, par mes propos, il y en a également d'autres qui vont devoir accepter une remise en cause de leur façon de chasser, pour ne pas porter sur leurs épaules la propagation de la maladie, qui entraînerait la disparition totale des sangliers du territoire national, comme c'est déjà le cas dans certaines régions de l'Est de l'Europe.

Évidemment nous allons appliquer les règles de biosécurité strictes dans tous les territoires, mais cela ne peut suffire !

Je vous rappelle que 85 % des dégâts en France, se concentrent sur seulement 15 % de nos communes. C'est donc là également que nous avons souvent de grosses concentrations de sangliers, très propices au développement de la maladie.

C'est pour toutes ces raisons que je demande aux chasseurs de France d'appliquer des prélèvements soutenus, là où il est urgent de le faire. Je n'ai pas besoin de montrer du doigt tel ou tel territoire, ou d'accuser tel ou tel responsable de chasse pour une gestion qui manque de flexibilité, mais chacun doit, en son âme et conscience, savoir ce qu'il doit faire. Dans certaines chasses, nous devrons tirer sans distinction d'âge, de sexe et de poids, et mettre un terme immédiatement à toutes les sanctions financières ou autres en cas d'erreurs de tir.

Nous devons fortement prélever cette année et l'année prochaine, Il y va cette fois ci de l'avenir de toute la chasse française !

Je sais que nous ne sommes pas responsables de l'arrivée de cette maladie, mais ne facilitons pas sa propagation par des populations de sangliers non maîtrisées.

Il reste par contre un dernier point, qui concerne l'agrainage ! Dans une telle situation de crise, il est primordial de maintenir un agrainage constant et nourri, pour éviter que les animaux ne soient tentés par de trop grands déplacements pour se nourrir, et également pour faciliter les prélèvements. J'insiste sur ce point, même s'il ne fera pas l'unanimité chez les représentants de l'Etat et du monde agricole, mais je ferai une démarche nationale en ce sens auprès du ministre de l'Agriculture.

Pour un président de FNC, je sais que le risque de voir arriver cette maladie représentera probablement la crise la plus difficile qu'il me faudra gérer. Je suis sûr aussi que chacun d'entre vous est parfaitement conscient de la gravité de la situation.

C'est donc ensemble, avec du bon sens et des efforts significatifs, que nous sauverons l'avenir de la chasse française ! Soyons unis et responsables collectivement.

Je sais que je peux compter sur vous pour relever ce nouveau défi !

Willy SCHRAEN

A l’écoute du brame

Cette année encore auront lieu les fameuses soirées de comptage et d’écoute des cerfs au brame. Ces sorties sont organisées par la Fédération dans le cadre d’une estimation de mâles bramant sur le massif Médocain. L’ensemble du service technique organise un comptage avec le public, entre la fin septembre et le début octobre afin de mieux connaître l’espèce et participer à la récolte de données scientifiques.

Le nombre de places disponibles est limité pour ne pas déranger la faune. Ces soirées de comptage auront lieu le 19 septembre à Vendays Montalivet - le mercredi 26 septembre et le 3 octobre à Hourtin. Les inscriptions se font à la Fédération au  05 57 88 57 00 ! Le lieu du rendez-vous vous sera fixé lors de l’ inscription.

AfficheBrame2018 

Campagne de communication nationale

Une grande campagne de communication nationale de la Fédération Nationale des Chasseurs débute ce mois-ci, témoignant du rôle clé des chasseurs dans l'écologie de notre pays. Tout au long de ces prochaines semaines, vous trouverez des visuels que nous vous engageons à partager pour témoigner de cet engagement profond et vous faire les relais indispensables de cette affirmation qui se doit d'être virale ! Nous comptons sur vous !!

ComNationale2018

 

Consultation publique moratoire barge et courlis

Le Ministère vient de lancer une consultation publique pour proposer un arrêté de prolongation de la suspension  de la chasse du courlis cendré et de la barge à queue noire jusqu’au 31 juillet 2019. Il s’agit d’un statut quo avec toujours la possibilité de chasser le courlis sur le seul DPM, sous prétexte que ces deux espèces seraient en mauvais état de conservation.

Ce projet n’est pas acceptable alors que le CNCFS doit se prononcer sur le sujet le 24 juillet.

De son côté, dans une étude commanditée par le Ministère, l’ONCFS a démontré que les prélèvements des chasseurs français sont très largement « soutenables » et en a conclu à  l’absence d’efficacité des moratoires  sur l’état des populations concernées. De plus, pour préserver les barges à queue noire issues de la sous population continentale menacée,  il suffirait de retarder l’ouverture de la chasse au mois de septembre.

Le Ministère ne dit rien des mesures des plans de gestion européens mises effectivement en œuvre par les autres Pays  et nous avons le sentiment que les efforts sont uniquement imposés chasseurs français.

La FNC a de son côté fait valoir la contribution positive  de nos fédérations en faveur des milieux fréquentés par ces mêmes espèces. Elle s’est aussi avec les encouragements de ce même ministère vers une expérimentation de la gestion adaptative avec une application mobile qui facilitera le suivi des prélèvements.

Une fois de plus, nous allons devoir nous mobiliser dans le cadre de cette consultation publique ouverte jusqu’au 31 juillet pour faire valoir un avis défavorable à ce projet d’arrêté. Vous voudrez bien trouver ci jointe une liste des arguments qu’il conviendrait de reprendre en les personnalisant dans vos commentaires.

Pour participer à cette consultation, il convient de cliquer sur le lien ci-dessous et de déposer votre commentaire en cliquant sur l’onglet « Déposer votre commentaire » ouvert en bas de la page.

                                                                                                                   

http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/spip.php?page=article&id_article=1851                                                                                                                                                                                

Nous vous remercions pour votre contribution.

 

Communiqué de la FDC33

Pachan, le 26 juin 2018

C’est avec une immense tristesse que nous vous informons du décès de notre collègue et ami Jésus Veiga, Directeur de la Fédération des chasseurs de Gironde, après un long combat contre la maladie.
Scientifique de renom, Docteur en Écologie, passionné de chasse du gibier d’eau, maire de sa commune de Le Porge, Vice-Président de la Communauté de communes Médullienne, de tous les combats auprès de la Fédération et des chasseurs pour une chasse raisonnée, il nous quitte avec la discrétion qui était la sienne en ce début d’été.
Nous reviendrons ultérieurement sur son parcours, sa vie dédiée à la nature, et ne manquerons pas de vous tenir informé de l’hommage qui lui sera rendu.
L’ensemble du Conseil d’Administration et le personnel de la Fédération s’associent à moi pour adresser à sa compagne Christine, à sa famille, nos plus sincères condoléances et le témoignage de tout notre soutien.

Henri Sabarot
Président de la Fédération des Chasseurs de la Gironde

Tableau de bord 2017

Découvrez notre Tableau de bord "nouvelle formule" pour la saison 2017.

Il présente un ensemble d’indicateurs permettant aux gestionnaires et partenaires de prendre connaissance de l’état de l’évolution de notre structure, d’identifier les tendances qui les influenceront sur un horizon cohérent avec la nature de nos actions.

Bonne lecture !

Cliquez ici

Opération "Passez votre permis de chasser pour 0 €"

L'offre valable du 1er février au 30 mars 2018 est maintenant terminée.

Les candidats qui se sont inscrits à la Fédération pendant cette période, ont maintenant le temps de constituer leur dossier et de le retourner. 

 

 

 

Assemblée Générale 2018

L'assemblée générale statutaire de la Fédération des Chasseurs se tiendra cette année le 21 avril sur la commune de RAUZAN.

Nous contacter

Fédération Départementale des Chasseurs de la Gironde
Domaine de Pachan
10 Chemin Labarde
33290 LUDON MEDOC

Plan d'accès

Horaires d'ouverture de 8 h 30 à 16 h 30
Tel : 05 57 88 57 00 Fax 05 57 88 57 01
fdc33@chasseurdefrance.com

Ce site utilise des cookies pour mesurer l'audience